Archive

Archive for the ‘Nouvel ordre Mondial’ Category

Les neuroscientifiques pourront-ils, comme pour les rats, contrôler nos rêves ?


Des chercheurs travaillant au MIT (Massachusetts Institute of Technology) ont réussi à manipuler le contenu du rêve d’un rat, en rejouant un signal sonore qui a été associé à des évènements de la journée précédente, à savoir le fait de traverser un labyrinthe. La percée approfondi notre compréhension de la façon dont la mémoire se consolide au cours du sommeil, mais elle détient également un potentiel dans une perspective “d’ingénierie du rêve. »

Récemment, on découvrait ensemble comment des scientifiques ont introduit de faux souvenirs dans le cerveau de souris génétiquement modifiées et, dans une approche plus humaine, comment d’autres peuvent induire un apprentissage au cours du sommeil de cobayes humains.

Le neuroscientifique Matt Wilson qui travaille au MIT, Picower Institute for Learning and Memory, a réussi à accomplir cet exploit en exploitant la façon dont l’hippocampe du cerveau encode des expériences personnelles dans la mémoire. Les scientifiques savent que notre hippocampe est occupé à rejouer un certain nombre d’évènements de la journée pendant que nous dormons, un processus qui est crucial pour la consolidation de la mémoire. Mais ce qu’ils ne savaient pas c’est, si oui ou non, ces “rediffusions” pouvaient être influencées par des signaux environnementaux.

Sources:

Publicités
Catégories :Nouvel ordre Mondial

Goldman Sachs, la banque qui dirige le monde


goldman sachs

Depuis cinq ans, la banque d’affaires américaine Goldman Sachs incarne tous les excès et dérives de la spéculation financière. Après s’être enrichie pendant la crise des « subprimes » en pariant sur la faillite des ménages américains, elle a été sauvée de la faillite grâce à ses appuis politiques. Quand le krach financier traverse l’Atlantique, Goldman Sachs devient l’un des protagonistes de la crise de l’euro en pariant contre la monnaie unique, après avoir maquillé les comptes de la Grèce. Quand les gouvernements européens tombent les uns après les autres, « la Firme » en profite pour étendre son formidable réseau d’influence sur le Vieux Continent.

UN EMPIRE INVISIBLE

Plus qu’une banque, Goldman Sachs est un empire invisible riche de 700 milliards d’euros d’actifs, soit deux fois le budget de la France. Un empire de l’argent sur lequel le soleil ne se couche jamais, qui a transformé la planète en un vaste casino, pariant sur tout et n’importe quoi pour engranger toujours plus de profits. Grâce à son réseau d’influence unique au monde et son armée de 30.000 moines banquiers, Goldman Sachs a su profiter de ces cinq années de crise pour accroître sa puissance financière, augmenter son emprise sur les gouvernements et bénéficier de l’impunité des justices américaines et européennes.
Ce documentaire de Marc Roche, journaliste spécialisé au Monde, auteur du best-seller La Banque, et de Jérôme Fritel, est une plongée au cœur de ce pouvoir qui ne reconnaît aucune frontière, ni aucune limite et menace directement les démocraties. Les témoignages, à visage découvert, d’anciens salariés de Goldman Sachs, de banquiers concurrents, de régulateurs, de leaders politiques, d’économistes et de journalistes spécialisés dévoilent pour la première fois la toute puissance financière et politique de « la banque qui dirige le monde ».

The Obama deception


Le Président Barack Obama n’est-il qu’un instrument dans un plan concerté ayant pour but de mettre en place un « gouvernement mondial » ? Quelle est la vraie nature de son programme ? Ce sont à ces questions que tente de répondre Alex Jones, le fondateur du site PrisonPlanet.com, avec son nouveau film « The Obama Deception ».

Alex Jones pense que Barack Obama poursuit le processus de transformation de l’Amérique, afin de lui imposer un régime tel que celui de l’Allemagne nazie. Une idée qui supposerait la mise en place d’un enrôlement obligatoire dans le Service National, l’encouragement à la délation, l’espionnage des communications, la suppression du second amendement de la Constitution des Etats-unis, l’ouverture des camps d’internement de la FEMA et l’instauration de la Loi Martiale.

Selon Jones, ceux qui manipulent Obama annoncent déjà ouvertement la création d’une nouvelle Banque Mondiale qui contrôlera toutes les nations du monde grâce à la taxe-carbone et le recourt aux forces armées. « L’internationale des banques » aurait orchestré et planifié la faillite financière généralisée pour mettre en place un « Gouvernement Mondial ».

L’objectif serait de piller les classes moyennes, de supprimer les retraites et d’imposer son contrôle sur tous les états d’Amérique, de sorte que les populations soient totalement dépendantes de Washington. Ainsi, les « élites » utiliseraient Obama pour endormir le public, afin de réaliser l’Union Nord-Américaine par surprise, initier une nouvelle « guerre-froide », et poursuivre l’occupation de l’Irak et l’Afghanistan.

Voici, dans les grandes lignes, les questions qu’aborde « The Obama Deception » d’Alex Jones, que nous vous proposons de découvrir.

Invisible Empire


Jason Bermas analyse et filme l’évolution de son pays, glissant peu à peu d’une démocratie républicaine à un empire autoritaire, voire même totalitaire, complètement aux mains d’une « Oligarchie Financière Mondialisée ».

Avec « Invisible Empire », il met au jour les divers mensonges, manipulations, trahisons, décisions politico-financières de l’ombre, ayant pour finalité la mise en place d’un « Nouvel Ordre Mondial ».

EndGame


Voici le très bon documentaire « ENDGAME » de Alex Jones traitant de la mise en place d’un gouvernement mondial,du groupe bilderberg et de la politique malthusienne de l’élite mondialiste.

Pour ceux qui doutent et c’est salutaire, je vous invite à vous informer par vous même.
Cette histoire d’eugénisme vous paraît surréaliste, alors faites vos propres recherches…

Les Georgia Guidestones : Dix commandements pour l’après-catastrophe ?

1 octobre 2010 1 commentaire

L’impressionnant mégalithe érigé il y a trente ans dans le sud des Etats-Unis n’a toujours pas révélé son mystère. Qui en est le commanditaire, et quelle est sa finalité ?


JPG - 58.1 ko

Le monument le plus étrange des Etats-Unis se dresse dans le nord-est de la Géorgie, sur un tertre désolé. Cinq imposants blocs de granit poli dessinant une étoile s’élèvent vers le ciel. Lorsqu’on s’approche de cette construction, on pense immédiatement au site mégalithique de Stonehenge, en Grande-Bretagne, ou encore à l’inquiétant monolithe du film 2001 : l’Odyssée de l’espace. Erigés en 1980, ces blocs gris pâle attendent paisiblement la fin du monde.

Lire la suite…

Catégories :Nouvel ordre Mondial Étiquettes :

Les dix stratégies de manipulation de masses

1 octobre 2010 1 commentaire

Le linguiste nord-américain Noam Chomsky a élaboré une liste des « Dix Stratégies de Manipulation » à travers les média. Nous la reproduisons ici. Elle détaille l’éventail, depuis la stratégie de la distraction, en passant par la stratégie de la dégradation jusqu’à maintenir le public dans l’ignorance et la médiocrité.

Chomsky_thelastminute.1280x960

Image by: thelast minute

PressenzaBoston, 9/21/10PRESSENZA Boston, 21/09/10

1/ La stratégie de la distraction

Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux. » Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions

Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.

3/ La stratégie de la dégradation

Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.

4/ La stratégie du différé

Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.

5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge

La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-age ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans ». Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

6/ Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion

Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…

7/ Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise

Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures. Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité

Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte…

9/ Remplacer la révolte par la culpabilité

Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas de révolution!…

10/ Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes

Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.

Catégories :Nouvel ordre Mondial Étiquettes : , ,